EuroChef
EuroChef
Eurochef Eurochef
 
Eurochef
 

EuroChef aux Vieilles Charrues 2018


Reportage photo


Fidèle à sa réputation, la 27e édition du festival des Vieilles Charrues a enflammé une nouvelle fois Carhaix, faisant le plein comme en 2017 avec plus de 280.000 spectateurs. Grande nouveauté cette année : l'agrandissement et l'amélioration du site, avec «50% de terrain de jeu supplémentaire pour les festivaliers», a expliqué à l'AFP Jérôme Tréhorel, directeur de la manifestation.

Au nombre des grandes réussites, les «pointures» Depeche Mode ou Gorillaz. Depeche Mode, «c'était un moment historique pour le festival d'avoir ce groupe mythique et planétaire» et cela a donné lieu à «une communion géniale avec le public», a estimé Jérôme Tréhorel. Un peu la même chose samedi soir avec le groupe britannique Gorillaz, emporté par «le tsunami Vieilles Charrues». «Ils nous ont dit que c'était un des plus grands concerts de leur vie», s'est-il réjoui.

Environ la moitié des artistes programmés aux Vieilles Charrues sont encore «en développement», se plaît à rappeler Jean-Jacques Toux, programmateur. Parmi ceux-ci, la chanteuse belge Angèle, le groupe français Therapie Taxi, oscillant entre rock et electro, ou le rappeur parisien Lomepal. Pas toujours évident, quand la programmation se fait dès l'automne, de parier sur un jeune groupe ou musicien pour l'été suivant: «Quelqu'un comme Eddy de Pretto, par exemple, en septembre dernier, on n'en parlait pas beaucoup», relève Jérôme Tréhorel à propos de ce jeune artiste aux textes souvent âpres, programmé dimanche soir.

La visite de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui les a assurés de son soutien et a qualifié les Vieilles Charrues d'«exemplaires», a également mis du baume au cœur des organisateurs. La dernière soirée a vu se succéder dimanche sur la grande scène Véronique Sanson, Robert Plant, chanteur mythique de Led Zeppelin, Orelsan et le Britannique Fatboy Slim pour son unique concert en France.

L'édition 2019 du festival se déroulera du 18 au 21 juillet.





Lu 151 fois