EuroChef
EuroChef
Eurochef Eurochef
 
Eurochef
 



Michaël Choury : "Rien ne peut remplacer une poignée de mains, une dégustation."


Participer à un salon B2B en 2020 est toujours une pratique qui paye. Être visible, consolider son réseau, développer son business : les motivations sont multiples pour les entreprises de participer à des salons professionnels. Alors pour satisfaire les exposants et attirer les (jeunes) visiteurs, les professionnels de l’événementiel redoublent d’efforts et d’ingéniosité. Rencontre avec Michaël Choury, cofondateur et co-gérant de l’entreprise événementielle Alliance Expo. Parole d'expert.


Michaël Choury : "Rien ne peut remplacer une poignée de mains, une dégustation."

Quel est le cœur d’activité de votre entreprise, Alliance Expo ?

Mon associé et moi avons fait l’acquisition de l’entreprise en 2012. Dès 2013, nous avons organisé un premier salon professionnel des métiers de bouche en région, à Périgueux plus précisément. Ce type d’événement représente la majeure partie de notre activité, même si nous diversifions les événements, avec par exemple des salons professionnels en région sur les métiers du BTP.

À l’heure de la digitalisation, pensez-vous que les événements « physiques » comme les salons ont encore de belles années devant eux ?

En 2012, tout le monde nous a dit que les salons appartenaient au passé, avec Internet qui prenait le dessus. Mais nous croyions en nous, en notre projet, et cela a fonctionné. On ne peut pas remplacer une poignée de mains, une dégustation. Internet est complémentaire.

Qu’avez-vous mis en place pour que la recette des salons professionnels fonctionne ?

Nous avons décidé de revenir à davantage de simplicité et de proximité : travailler avec des petits producteurs, des exposants locaux. C’est ce qui fonctionne. Les gens ont besoin de rêver, mais avec des choses simples, de vraies valeurs. Il est primordial pour nous d’organiser des événements conviviaux, avec une synergie entre l’organisation et les exposants. Pour cela, ces derniers ont affaire à un interlocuteur unique chez Alliance Expo. C’est ce qui fait notre force, il n’y a pas une foule d’intermédiaires.

Dans quelle mesure le lieu d’un événement joue-t-il sur votre façon de l’organiser ?

Je m’adapte à la région. Cela passe par les mentalités, les envies, mais surtout par la gastronomie. Nous nous appuyons sur notre réseau de grossistes dans toutes les régions, qui connaissent leur territoire. Je me rapproche également des chambres d’agriculture en région pour valoriser les circuits courts.

Comment anticipez-vous l’arrivée d’une nouvelle génération sur le marché du travail ?

Nous invitons les écoles à participer gratuitement à nos salons. Et nous mettons en avant les jeunes via des concours, des animations… Nous pensons déjà à nos clients de demain, c’est évident. Nos clients en sont très conscients et jouent le jeu sur tous les concours. Il faut donner goût, donner envie aux jeunes, et cela passe par la mise en avant de l’apprentissage sur nos salons.

Dans le cadre des salons que vous organisez, constatez-vous des différences de comportement entre les jeunes générations et les plus anciennes ?

Oui et cela m’inquiète parce que j’ai l’impression que les valeurs ont changé, l’éducation a changé. La formation, elle, n’a pas tellement évolué mais les jeunes, oui. Même dans nos métiers du commercial, les jeunes savent moins s’exprimer, communiquent moins. Je crois qu’ils ont moins le goût de la réussite par le travail. Mais ce n’est pas une fatalité. L’éducation, la famille et l’entreprise doivent travailler ensemble pour intégrer les jeunes, leur donner la chance de prouver qu’ils peuvent réussir. Parfois il ne faut pas grand-chose pour faire d’un jeune un très bon professionnel.

---

Alliance-expo.com/


Lu 168 fois